Le discours de Gembloux

FDF2015 discoursdegembloux

Présidence FDF - Discours Wallonie

Chers amis,

« Dès le 8 mars, ensemble, réinventons la politique ». Je veux partager cette devise avec vous ce soir pour fédérer demain toutes nos énergies et tous nos talents en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre.

Ma vision politique pour le parti, je la sais partagée par Olivier et Bernard, c’est celle d’un grand parti social-libéral, francophone et laïque. Un parti tourné aussi vers l’Europe.

Chers amis, ce qui peut nous diviser, Olivier, Bernard et moi, c’est la méthode. Oui, on vous laisse trop souvent entendre que la Wallonie a besoin de Bruxelles. C’est vrai mais en vérité Bruxelles a tout autant besoin de la Wallonie et de son hinterland que l’inverse. Avec moi, chers amis, le bruxello-centrisme, c’est fini !

Les défis que rencontrent Bruxelles et la Wallonie, les FDF et leur libéralisme social pourront les relever, là où ont échoué le collectivisme du PS, le libéralisme égoïste du MR et les atermoiements du CDH.

Mais attention, pour réussir, notre parti doit évoluer et devenir une usine à idées et projets ! Notre voie ? La démocratie interne ! Au sein du Congrès (rassemblant tous nos militants), vous pourrez déposer vos contributions et vos résolutions pour orienter nos programmes. Notre centre d’études (rassemblant tous nos experts) nous livrera en continu des textes et des idées à casser. Et tout cela, comme pour les questions essentielles, sera voté au secret pour garantir le libre choix de tous. C’est comme cela, chers amis, forts de nos valeurs que nous construirons le programme socio-économique dont ont besoin la Wallonie et Bruxelles.

Ma méthode, c’est aussi revisiter la fonction de président. Plutôt qu’un personnage puissant, pourquoi ne pas en faire un animateur, un coordonnateur et votre porte-parole ? Son rôle est de faire vivre le parti et de permettre au talent de naître et de s’exprimer.

Demain, Olivier, Didier et Bernard resteront nos fers de lance alors que toutes les composantes du parti, JFDF en tête, seront associées à la direction du parti.

Et j’ose le dire, il ne faudra pas attendre d’avoir 50 ans de plus, ni même 20, pour qu’un Wallon prenne la tête des FDF. C’est aussi pour cela que je veux limiter la présidence à deux mandats successifs. Entamer le renouvellement maintenant et le garantir pour demain.

Je l’ai déjà dit, le changement de notre nom n’est pas l’urgence. Mais il faut qu’en Wallonie, les FDF soient un parti construit par des Wallons, pour les Wallons. Si vous le décidez, le « W » pourra rapidement s’ajouter à notre acronyme en Wallonie.

Demain, ensemble, nous ouvrirons les FDF wallons à celles et ceux qui partagent notre analyse pour refonder un mouvement wallon autour des FDF. Le potentiel est grand. Il y a des sociaux-libéraux partout.

Nous irons les chercher, nous grandirons et nous gagnerons. Merci.

Christophe

Leave a Comment