Remettre les militants au coeur du parti

La démocratie, c'est permettre à chacun de s'exprimer. C'est vrai. Mais c'est aussi permettre à chacun d'être entendu. Au FDF, nous avons un lieu pour cela : le Congrès. Le Congrès doit redevenir le centre de gravité de notre mouvement. Parce qu'il est essentiel de faire vivre le parti de manière collective. De construire notre avenir ensemble. Et, pour les dirigeants, de rendre régulièrement des comptes auprès de tous les militants. Pour cela je ferai au moins deux propositions. 1. Aujourd'hui, les statuts prévoient que le Congrès doit être convoqué tous les deux ans. C'est trop peu. Comment développer une réelle écoute, construire des échanges sincères et surtout rendre des comptes si l'on ne se réunit que tous les deux ans? Je proposerai que le Congrès se réunisse au moins une fois par an, voire deux fois. Avec une réelle dynamique d'évaluation de l'équipe dirigeante. 2. La démocratie, cela ne s'exerce que si on a la possibilité d'exprimer ses convictions librement. Ce n'est pas un hasard si, dans nos démocraties occidentales, les électeurs votent dans un isoloir. Aussi, je mettrai fin au vote à main levée pour proposer le principe du vote secret lors des Congrès et des Conseils Généraux. Nous sommes en 2015. Nous ne pouvons plus nous contenter des procédures démocratiques traditionnelles. Le monde change. Les moyens de communication aussi. De nouveaux modes d'interactions apparaissent. Si nous voulons nous positionner comme un parti d'avenir, nous devons aussi réinventer notre démocratie interne. Tous ensemble. Je proposerai de lancer une réflexion pour mettre en place des mécanismes de démocratie participative qui permettront à tout un chacun de s'impliquer dans la direction de notre mouvement. Il ne s'agit pas de remplacer le système de représentation interne mais de le compléter et de le rendre plus fort en donnant un rôle contributif aux militants. Je ne veux pas que le parti se prive de ce qui fait sa richesse : votre enthousiasme et votre expertise de terrain